FANDOM


La Rébellion de la Porte, aussi appelée Rébellion à la Porte, est le nom donné  à une guerre civile ayant pris place au sein du royaume de Gilnéas. Elle vit s'opposer les loyalistes du roi Genn Grisetête aux Rebelles de la Porte menés par le seigneur Darius Crowley et se termina par la défaite des rebelles et l'emprisonnement de leurs chefs.

Déroulement

Suite à la défaite de la Horde à la fin de la Seconde Guerre, les dirigeants de l'Alliance de Lordaeron supervisèrent la construction de camps d'internement orcs[1] ainsi que la forteresse de Rempart-du-Néant qu'ils financèrent en prélevant des taxes auprès des différents royaumes affiliés à l'Alliance. Ne voyant pas l'utilité d'un tel coût financier, le roi Genn Grisetête coupa tout lien avec l'Alliance et entreprit d'enfermer toute la nation gilnéenne derrière un mur. Afin de mener à bien ce projet, il fut décidé de couper les terres du seigneur Darius Crowley, isolant ainsi les villages de Bois-du-Bûcher et de Moulin-de-l'Ambre du reste du royaume.

Crowley étant déjà vivement opposé à la politique isolationniste de Grisetête, la construction du Mur de Grisetête sur ses terres le poussa définitivement à se soulever. Après la Troisième Guerre, le seigneur dissident usa de son influence pour pousser une partie du peuple gilnéen à la révolte, assurant qu'il faisait ce qu'il y avait de mieux pour l'avenir de Gilnéas et qu'il mettrait fin à la tyrannie de Genn. Ainsi démarra la Rébellion à la Porte dont le paroxysme fut atteint quand les rebelles prirent d'assaut la capitale qui fut en partie détruite au cours des affrontements.[2] La rébellion fut en fin de compte écrasée tandis que Darius et ses lieutenants finissaient enfermés dans la Prison de Gardepierre du Secteur Militaire de la capitale.[3] Mais malgré la victoire des royalistes, les rebelles continuèrent d'agir dans l'ombre, notamment en cachant des armes dans la cité.[4]


Références

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .