FANDOM



Laith Sha'ol était un mage humain membre de la Tirisgarde qui fut chargé de traquer la gardienne Aegwynn Magna. Dans l'optique d'accomplir cette tâche, Laith Sha'ol se vit confier par le Conseil de Tirisfal Apocalypse, une épée démoniaque jadis forgée par les nathrezim. Muni de cette lame corrompue, Laith Sha'ol s'écarta de sa véritable mission et sema la terreur parmi bon nombre de villageois jusqu'à ce qu'il soit séparé de l’artefact démoniaque au cours d'un duel face à Aegwynn. Dès lors, ils s'installa à Hurlevent et passa le restant de ses jours à venir en aide aux plus démunis dans sa quête de rédemption. Bien des années après sa mort, pendant la troisième invasion de la Légion ardente sur Azeroth, sa dépouille fut réanimée par le seigneur de la mort de la Lame d'ébène et après avoir été défait, son esprit aida le chevalier de la mort à récupérer Apocalypse.

Histoire

Laith Sha'ol était un membre de la Tirisgarde, un ordre de mages bardés de reliques magiques et chargés de traquer Aegwrynn Magna qui refusait de renoncer à ses pouvoirs de gardienne. Afin de l'aider dans sa mission, le Conseil de Tirisfal lui confia Apocalypse, une épée forgée par les nathrezim dont l'ordre fit l'acquisition quand le premier gardien Alodi bannit le seigneur de l'effroi Kathra'Natir. La lame conféra à Laith Sha'ol de grands pouvoirs mais elle commença en retour à souiller ses pensées et bientôt, son désir de voir Aegwynn traduite en justice mua en une obsession de la voir morte.

Pendant sa traque, le tirisgarde faillit l'acculer dans le village humain de Corwell. Il interrogea les habitants, les accusant de cacher la gardienne tandis que ces derniers commençaient à tomber sous l'influence d'Apocalypse et à se montrer méfiants vis à vis de leurs proches. Puis quand dans un accès de rage, Laith tua l'ancien de Corwell, tout le village fut frappé d'une vague de violence inouïe dont seul Laith en réchappa vivant. Pendant un certain temps, Laith devint connu comme un mystérieux cavalier semant maladies, famines et violences tandis que les villageois lui donnaient des surnoms tels que Guerre, Mort, Famine ou encore Peste.

Ayant eu vent des agissements de Laith, Aegwynn chercha à le stopper et l'attira dans un piège, persuadée qu'elle viendrait aisément à bout du tirisgarde. Mais la gardienne se retrouva en fin de compte très vulnérable face aux pouvoirs vampiriques d'Apocalypse qui commencèrent à aspirer son essence vitale en dépit de ses protections magiques. Mais alors qu'elle était sur le point de succomber, elle hurla à la face de Laith une ultime incantation désespérée qui trancha net le lien l'unissant à l'épée. Le voile de ténèbres qui embrumait l'esprit du tirisgarde se dissipa et quand ce dernier prit conscience de toutes les atrocités qu'il avait commises, il lâcha Apocalypse et s'enfuit. Suite à ce duel, Laith s'installa à Hurlevent où il fonda une famille avant de passer le restant de ses jours à venir en aide aux plus démunis dans sa quête de rédemption.[1]

Legion-Logo-Small Cette section concerne des contenus exclusifs à Legion.
Pendant la troisième invasion de la Légion ardente, le seigneur de la mort de la Lame d'ébène, dans ses recherches sur Apocalypse, est amené à relever la dépouille de Laith dans une tombe à proximité de Karazhan. Après que son corps réanimé ait été détruit, l'esprit du tirisgarde informa le chevalier de la mort que l'épée corrompue était entre les mains du chef des Cavaliers Noirs qui n'était nul autre que son propre fils, Ariden et qu'il se trouvait dans les catacombes de Karazhan.[2] Plus tard, après que le seigneur de la mort ait défait Ariden, l'esprit de Laith apparut à ce dernier. Il lui dit qu'il a toujours été manipulé par les pouvoirs d'Apocalypse qu'il pensait contrôler et que la malédiction qui pesait sur lui était levée avant de disparaître.[3]


Références

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .