FANDOM


Warning icon Cet article ou section est la retranscription d'une source officielle. Veuillez ne pas modifier, ajouter ou enlever les informations qui s'y trouvent.


Cet article est une copie de "L'encyclopédie Warcraft", série d'articles écrits par Blizzard Entertainment. Ils étaient postés sur http://www.wow-europe.com/fr/info/encyclopedia/index.xml, mais ne sont plus disponibles depuis la refonte du site officiel avec World of Warcraft: Cataclysm. Pour voir l'archive des articles originels, voir cette adresse.



  • Aussi connus sous le nom de : quel'dorei
  • Au singulier : haut-elfe, quel'dorei
  • Langue principale : thalassien

Jadis, une caste riche et puissante d'elfes de la nuit occupa le devant de la scène et se fit connaître sous le nom de Bien-nés. En utilisant de manière excessive la magie dans le palais royal de Zin-Azshari, ils attirèrent l'attention de Sargeras, qui n'eut pas de mal à les corrompre. Séduits par les promesses du Titan, les Bien-nés du palais permirent à la Légion ardente d'envahir Azeroth. Un grand nombre de créatures, et notamment d'elfes de la nuit, perdirent la vie au cours de ce conflit, connu sous le nom de Guerre des Anciens.

Une partie des Bien-nés du palais regretta d'avoir aidé la Légion et, dirigé par Dath'Remar Haut-soleil, parvint à s'enfuir de Zin-Azshari avant que la Fracture ne se produise. Par la suite, les tensions entre les évadés et le reste des elfes de la nuit atteignirent leur paroxysme lorsque Dath'Remar et ses compagnons refusèrent de renoncer à l'usage de la magie. Persuadés que la magie des arcanes pouvait être utilisée sans danger, ils refusaient aux autres elfes de la nuit le droit de dire le contraire. Condamnés à l'exil, les Bien-nés traversèrent l'océan vers Lordaeron où ils fondèrent leur propre royaume.

La fondation de Quel'Thalas

Les hauts-elfes développèrent rapidement des différences frappantes avec les elfes de la nuit. Coupés du Puits d'éternité, leur taille diminua et leur peau perdit sa teinte violette caractéristique. Les hauts-elfes perdirent également leur résistance aux blessures et aux maladies et devinrent mortels. De nombreux elfes moururent de froid et de faim pendant leur long voyage. En plus de ces épreuves, les elfes furent forcés de fuir leur premier site de peuplement, les clairières de Tirisfal, à cause d'une mystérieuse influence maléfique qui rendit fou un grand nombre d'entre eux.

Alors qu'ils s'enfonçaient plus profondément à l'intérieur des terres, les elfes développèrent une haine farouche envers les trolls de Zul'Aman, qui contrôlaient le nord de Lordaeron. Ils expulsèrent les trolls amani qui y résidaient, fondèrent le royaume de Quel'Thalas et se rebaptisèrent les hauts-elfes. Ils couronnèrent alors leur premier monarque : Dath'Remar Haut-soleil.

En dépit des épreuves endurées, les hauts-elfes restèrent déterminés à continuer d'étudier la magie, qu'ils considéraient comme un droit de naissance. En utilisant une fiole d'eau sacrée volée au premier Puits d'éternité, ils créèrent une fontaine magique à Quel'Thalas. Ils la nommèrent le Puits de soleil. Cette fontaine d'énergie était néanmoins moins puissante que le Puits d'éternité mais son énergie magique permit aux hauts-elfes de se renforcer et de se nourrir.

C'est ainsi que fut fondée la ville de Lune d'argent. Le pouvoir des elfes grandit et ils lancèrent un enchantement sur la forêt qui leur permit de profiter d'un éternel printemps. À partir de ce jour, les hauts-elfes baignèrent constamment dans les énergies du Puits de soleil. Ils ne tardèrent pas à considérer l'eau du Puits du soleil comme sacrée. Même si la plupart des hauts-elfes n'utilisaient pas cette magie pour lancer des sorts, tous pouvaient puiser dans les énergies de la fontaine où qu'ils se trouvaient en Azeroth.

Les magi elfes bâtirent une série de Monolithes en pierres runiques aux frontières de Quel'Thalas. Non seulement les Pierres runiques cachaient la magie des elfes aux menaces extra-dimensionnelles, mais elles contribuèrent à protéger leurs terres des invasions. Cette paix durement gagnée devait durer environ quatre mille ans.

Les Guerres trolles : la défense de Quel'Thalas

Les hauts-elfes ne tardèrent pas à apprendre que les trolls n'étaient pas si facilement vaincus. Après tout, les trolls des forêts avaient contrôlé la majeure partie de Lordaeron pendant des millénaires avant que les hauts-elfes arrivent sur le continent. Presque immédiatement après la fondation de Quel'Thalas, les trolls commencèrent à attaquer en masse les campements elfes. Ces derniers, têtus et refusant d'abandonner leur nouveau territoire, luttèrent ardemment et finirent par vaincre les trolls.

La paix s'ensuivit pendant plusieurs milliers d'années, puis une puissante armée de trolls des forêts assiégea Quel'Thalas. Les trolls s'étaient regroupés et avaient la ferme intention d'anéantir ces intrus elfes. Les elfes étaient largement dépassés en nombre.

Contraint de prendre des mesures désespérées, le roi Anasterian Haut-soleil fit appel aux humains d'Arathor. Les hauts-elfes proposèrent d'enseigner la magie à un petit groupe d'humains. En échange de quoi, ces derniers utiliseraient leurs nouveaux pouvoirs pour venir en aide à Quel'Thalas. Le roi Thoradin, monarque d'Arathor, se méfiait de la magie. Mais les hauts-elfes lui rappelèrent que si Quel'Thalas venait à tomber, les territoires du sud seraient sans doute les prochaines régions à être attaquées.

Thoradin admit à contrecœur que les hauts-elfes avaient raison. Il accepta leur offre et une armée fut rapidement engagée dans le conflit. Les forces alliées elfes et humaines réussirent à vaincre les trolls, et l'histoire ne verrait plus jamais les trolls s'organiser en une seule et même nation. Assurés que Quel'Thalas était sauvé de la destruction, les elfes jurèrent loyauté et soutien envers la nation d'Arathor et à la lignée de Thoradin, son roi. Cette alliance entre Arathor et Quel'Thalas donna naissance à la nation magique de Dalaran où humains et elfes devaient étudier la magie pendant les siècles à venir.

La Deuxième guerre : alliance et sécession

Quand la Deuxième guerre éclata, les hauts-elfes n'avaient pas d'intérêts directs dans le conflit. Ils se sentirent néanmoins obligés de prêter main-forte à l'Alliance de Lordaeron, car le seigneur Anduin Lothar, commandant des forces de l'Alliance, était le dernier descendant de la lignée des Arathi. La famille de Lothar ayant aidé les hauts-elfes pendant les Guerres trolles, le roi Anasterian envoya à contre cœur un petit groupe de soldats et de magiciens se battre aux côtés de l'Alliance.

La Horde recruta alors les trolls amani dans ses rangs. Peu de temps après, les armées de la Horde se frayèrent un passage vers le nord et mirent à feu et à sang les régions frontalières de Quel'Thalas, massacrant de nombreux civils hauts-elfes. Furieux devant cette soif de destruction, les hauts-elfes rejoignirent officiellement les rangs de l'Alliance et engagèrent toutes leurs ressources dans la guerre.

La Horde finit par être repoussée, mais les orcs et trolls avaient atteint leur but : voler et désacraliser beaucoup des Pierres runiques à la source du pouvoir du bouclier défensif des elfes. Le démoniste Gul'dan utilisa alors les pierres volées pour faire fonctionner ses autels des tempêtes.

L'Alliance finit par gagner la Deuxième guerre, et la plupart des orcs furent rassemblés dans des camps d'internement. Le coût de la reconstruction, à la suite de ces évènements, était très important. La maintenance des camps d'internement se révéla coûteuse elle aussi. Sans ennemi commun, les nations humaines commencèrent à se chamailler pour des possessions de territoires. Les hauts-elfes commencèrent à douter de la valeur de l'Alliance. Les humains semblaient avoir besoin des hauts-elfes, mais n'avaient que peu à offrir en retour, d'autant plus qu'une vaste portion des ressources de l'Alliance était désormais affectée à la gestion des camps d'internement.

Anasterian finit par révoquer l'allégeance des hauts-elfes à l'Alliance. Il déclara que les défaillances du commandement humain étaient directement responsables de la destruction des forêts dans les régions frontalières de Quel'Thalas. Le roi Terenas Menethil rétorqua qu'il ne resterait rien de Quel'Thalas si des centaines de courageux humains n'avaient pas donné leur vie pour sa défense. Malgré plusieurs tentatives visant à rétablir les relations diplomatiques, les elfes choisirent de rester en dehors de cette Alliance chancelante. Leur départ déclencha la sécession en chaîne des nations de Gilneas et de Stromgarde.

La Troisième guerre : la perte du Puits de soleil

Au cours de la Troisième guerre, Arthas Menethil et le Fléau ravagea Quel'Thalas, massacrant la majorité de sa population et réduisant en cendre de grandes étendues du royaume afin d'atteindre le Puits du soleil. Tous ceux qui tombèrent devant Arthas ne restèrent pas dans leur tombe : le cruel prince réveilla d'entre les morts le plus important défenseur de Quel'Thalas, le général des forestiers Sylvanas Coursevent, la transformant en mort-vivant contre sa volonté pour servir le Fléau sous les traits d'une banshee puissante et tourmentée

Alors que les armées de morts-vivants se rapprochaient, un haut-elfe nommé Dar'Khan Drathir aida Arthas en affaiblissant les boucliers entourant le Puits du Soleil. En trahissant les hauts-elfes, Dar'Khan espérait gagner la faveur du roi-liche. Cependant, le résultat le plus immédiat de sa trahison fut une explosion qui lui fit perdre conscience et éclata la plus grande partie du pouvoir du Puits du soleil.

Le magicien Borel sentit les énergies mystiques se libérer et réussit à en capturer une partie dans le corps d'un avatar déguisé sous les traits d'une jeune humaine, Anveena. Sans connaissance de l'œuvre de Borel, Arthas utilisa ce qu'il restait des énergies du Puits du Soleil pour ranimer l'esprit de Kel'Thuzad sous la forme d'une liche cauchemardesque. Le Puits du soleil fut abandonné, profané et drainé de toute sa magie.

Le roi Anasterian fut tué dans la bataille, et le seul héritier du trône, le prince Kael'thas Haut-soleil, poursuivait des études magiques à Dalaran lors de l'invasion. En l'absence d'autorité dirigeante, Lor'themar Theron, le second de Sylvanas Coursevent, assuma temporairement le commandement des hauts-elfes.

Les quelques elfes qui survécurent à l'invasion du Fléau tombèrent rapidement malades et apathiques. Il devint clair qu'ils étaient devenus dépendants des énergies des arcanes du Puits du Soleil. Baignée en permanence dans la magie, leur race se retrouvait fondamentalement modifiée. La source de leur magie disparue, ils souffraient maintenant violemment du manque.

Une fois revenu, le prince Kael'thas rassembla tous les survivants qu'il put trouver : environ 90% des hauts-elfes qui survécurent. Il déclara que ces survivants porteraient dorénavant un nouveau nom, les elfes de sang, en l'honneur de leur peuple disparu. Les elfes de sang ne se considèrent plus eux-mêmes comme des hauts-elfes, car leur idéologie et leurs comportements ont évolué sur bien des points.

En conséquence, il ne reste plus suffisamment de hauts-elfes sur Azeroth pour qu'ils puissent encore être considérés comme une véritable race. Ils ne vivent pas rassemblés dans une nation et n'agissent pas de manière commune. Ils se sont éparpillés en petits groupes à travers le monde. Ils n'ont pas d'opinions ou de buts communs. Et la seule culture qu'ils partagent encore est celle d'un passé plein de gloire et de regrets.

Comme les elfes de sang, les hauts-elfes peuvent toujours utiliser la magie, mais la plupart ne le font pas car ils ne sont pas lanceurs de sorts. Tous les hauts-elfes, qu'ils soient lanceurs de sorts ou pas, souffrent du manque lié à la dépendance aux énergies magiques. Si certains ont bien conscience de la cause de leur douleur, d'autres l'ignorent encore. Une différence cruciale existe entre les hauts-elfes et les elfes de sang : aucun haut-elfe ne s'est encore résolu à étancher sa soif de pouvoir en apprenant à canaliser de nouvelles sources d'énergies magiques (le Puits du soleil étant inutile). Encore aujourd'hui, un haut-elfe peut succomber à cette dépendance et devenir l'un des elfes de sang.

Une lutte pour la survie

Après la destruction du Puits de soleil, Kael'thas déclara à de nombreuses reprises que ses congénères ne pourraient pas survivre s'ils ne parvenaient pas à trouver une nouvelle source de magie. Techniquement, le prince se trompait. Les plus grands prêtres et médecins d'Azeroth affirment que les seuls hauts-elfes ayant trouvé la mort à cause de la perte du Puits de soleil étaient soit très âgés, soit souffrant d'une santé précaire.

Cet argument est mis en avant par ceux qui pensent qu'il est indispensable d'abandonner la magie, quitte à endurer les souffrances liées au manque. Il semblerait que certains hauts-elfes sont parvenus à s'en sortir par la seule force de leur volonté. Le processus est long et difficile, mais ils ont survécu. Certains artefacts permettraient d'atténuer les symptômes du manque et, avec beaucoup de volonté, il est possible de s'en débarrasser complètement.

Malgré tout, ce manque de magie n'est pas sans conséquences. Sur la base de précédentes observations, un certain nombre de dégâts physiques et mentaux est possible.

Depuis quelques années, certains hauts-elfes ont choisi de se joindre à l'Alliance. Mais cette dernière reste très méfiante envers eux jusqu'à présent. Leur sécession pendant la Deuxième guerre a laissé des traces amères dans les mémoires. En outre, les elfes de la nuit, qui font partie de l'Alliance depuis la Troisième guerre, se sont fait un devoir de mettre en garde leurs alliés contre les hauts-elfes, vu que la responsabilité des Bien-nés dans le déclenchement de la guerre des Anciens est largement mise en avant dans les récits historiques des elfes de la nuit.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .