FANDOM


Warning icon Cet article ou section est la retranscription d'une source officielle. Veuillez ne pas modifier, ajouter ou enlever les informations qui s'y trouvent.


Cet article est une copie de "L'encyclopédie Warcraft", série d'articles écrits par Blizzard Entertainment. Ils étaient postés sur http://www.wow-europe.com/fr/info/encyclopedia/index.xml, mais ne sont plus disponibles depuis la refonte du site officiel avec World of Warcraft: Cataclysm. Pour voir l'archive des articles originels, voir cette adresse.


  • Autre nom : sin'dorei
  • Langue principale : thalassien

Après la Deuxième guerre, la sécession des hauts-elfes fut à l'origine de nouvelles dissensions au sein d'une Alliance déjà chancelante. Bien des années plus tard, pendant la Troisième guerre, l'Alliance intégra les elfes de la nuit parmi ses membres. Ces derniers se firent un devoir de mettre en garde leurs nouveaux alliés contre les hauts-elfes. Vu que la responsabilité des Bien-nés dans le déclenchement de la guerre des Anciens est largement mise en avant dans les récits des elfes de la nuit, il n'est pas surprenant que les humains considèrent les hauts-elfes (et, par association, les elfes de sang) avec ressentiment et suspicion.

Arthas Menethil, à la tête des forces du Fléau, a récemment envahi le royaume de Quel'Thalas, a créé la liche Kel'Thuzad, et a profané le Puits de soleil, drainant toutes ses énergies magiques. La plupart des hauts-elfes ont été massacrés par les morts-vivants. Lor'themar Theron, le second de Sylvanas Coursevent assuma temporairement le commandement des hauts-elfes. Les rares survivants de l'invasion du Fléau ne tardèrent pas à montrer des signes d'apathie et de maladie.

Le prince Kael'thas Haut-soleil était le dernier descendant de la lignée royale et un membre du Kirin Tor. Il poursuivait des études magiques à Dalaran lors de l'invasion du Fléau. Lorsqu'il prit conscience du désastre, il se précipita à Quel'Thalas, pour trouver sa terre natale en ruine. Il réalisa que tous les elfes survivants souffraient de la même léthargie, une maladie qui commença une fois que toutes les énergies magiques du Puits de soleil furent drainées. Déterminé à sauver ce qu'il pourrait, Kael'thas rassembla tous les hauts-elfes survivants qu'il put trouver. Il les rebaptisa les sin'dorei, ou « peuple de la lignée », en l'honneur de leur peuple déchu.

Voyage en Outreterre

Assoiffés de revanche malgré leur faiblesse, Kael'Thas et les elfes de sang les plus robustes quittèrent leur pays ravagé et s'associèrent à la campagne contre le Fléau, à Lordaeron. En l'absence du Prince, Lor'themar fut nommé régent de Quel'Thalas, et Halduron Luisaile devint le général des forestiers de Lune-d'argent. Encore aujourd'hui, Lor'themar dirige les elfes de sang d'Azeroth. Avec Halduron, ils protègent le pays en attendant qu'un remède à l'insatiable soif de leur peuple ne soit découvert.

Lorsque Kael'thas et son peuple se portèrent volontaires pour combattre les forces du Fléau présentes dans la région, aux côtés des forces résistantes de l'Alliance, ils rencontrèrent une suspicion et une hostilité croissante ; tout particulièrement du connétable Garithos, un homme plein de préjugés. Garithos confia aux elfes de sang des missions de plus en plus difficiles, si bien que Kael'Thas fut obligé d'accepter l'aide de dame Vashj et de ses nagas. Néanmoins, Garithos finit par apprendre que Kael'thas s'était associé aux nagas et l'accusa, lui et son peuple, de trahison. Il emprisonna les malheureux soldats elfes de sang dans le donjon de Dalaran et les condamna à mort.

Dame Vashj arriva à temps pour libérer les elfes de sang, qui avaient souffert atrocement de leur soif de magie. Vashj expliqua que les nagas aussi souffraient d'une dépendance à la magie, et qu'Illidan pourrait aider les elfes de sang. Elle les emmena alors jusqu'au portail que Kel'Thuzad avait ouvert durant la Troisième guerre (pour permettre à Archimonde d'entrer en Azeroth). Sans autre alternative, Kael'thas et ses partisans suivirent Vashj en Outreterre. Une fois sur place, les elfes libérèrent le démon renégat Illidan Hurlorage, prisonnier de la gardienne Maiev Chantelombre.

Kael'thas demanda à Illidan Hurlorage de trouver un remède contre la dépendance à la magie des elfes de sang. Illidan, cependant, avait d'autres idées en tête : en échange de la loyauté des elfes de sang, il proposa de leur apprendre à canaliser la magie à partir de sources alternatives plus puissantes, tels les démons. C'était une offre que Kael'thas ne pouvait refuser. Il était persuadé que son peuple courait à sa perte s'il ne trouvait pas un remède ou une nouvelle source de magie. Kael'thas jura allégeance à Illidan, qui respecta ses promesses. Ses enseignements se répandirent chez les elfes de sang de l'Outreterre qui furent ainsi capables d'étancher leur soif de magie des arcanes.

Reconstruction

Encouragés par leur rapide guérison, la plupart des elfes partis avec Kael'thas choisirent de rester en Outreterre pour poursuivre leurs études. Le grand magistère Rommath fut lui renvoyé en Azeroth pour apporter un message d'espoir aux elfes de Quel'Thalas. Il rapporta des histoires d'une terre promise, diffusa l'enseignement d'Illidan (enseignement que Rommath attribua discrètement au prince Kael'thas) et fit germer l'idée que Kael'thas reviendrait un jour pour diriger son peuple vers le paradis.

Rommath demeura en Quel'Thalas pour aider à sa reconstruction et attendre le retour du prince. Grâce à Rommath, les elfes de sang d'Azeroth apprirent à drainer les énergies magiques et combattre leur dépendance. Alors qu'ils recouvraient leur santé, ils louèrent leur prince absent et se consacrèrent à l'étude. Rommath et le nouvel ordre de magi elfe firent de grands progrès pour apprendre à leurs frères à manipuler l'énergie des arcanes. Bientôt, les flèches de Lune-d'argent s'élancèrent de nouveau vers le ciel, mues par des magies instables. Les elfes de sang ont commencé à reprendre une partie des bois des Chants éternels. Enhardis par la promesse du retour de Kael'thas, ce peuple autrefois si las travaille pour regagner sa force et se forger une nouvelle voie vers un avenir plus qu'incertain.

Les conséquences de la dépendance

Les elfes de sang ne se considèrent plus comme des hauts-elfes, car leur idéologie et leurs comportements ont évolué sur bien des points. Par exemple, contrairement à leurs ancêtres, les elfes de sang sont prêts à nourrir leur soif de magie par tous les moyens possibles.

Cependant, certaines ressemblances élémentaires perdurent, les deux peuples faisant partie de la même race. Tout comme les hauts-elfes, les elfes de sang ne canalisent pas la magie pour lancer des sorts, mais simplement pour assouvir leur dépendance aux énergies magiques. Cette absorption régulière de magie n'a pourtant pas suffi à octroyer l'immortalité aux elfes de sang, qui souffrent tout autant que leurs frères hauts-elfes des maladies, des blessures et de la vieillesse. À ce jour, il n'a été observé aucune différence significative entre l'espérance de vie des elfes de sang et celle des hauts-elfes.

Après la contamination du Puits de soleil, Kael'thas déclara à de nombreuses reprises que ses congénères ne pourraient pas survivre s'ils ne parvenaient pas à trouver une nouvelle source de magie. Techniquement, le prince avait tort. Les prêtres et médecins d'Azeroth affirment que les seuls hauts-elfes ayant trouvé la mort à cause de la perte du Puits de soleil étaient soit très âgés, soit souffrant d'une santé précaire.

Cela ne veut pas dire, toutefois, que la privation de magie resterait sans conséquence sur les elfes de sang. Au contraire les cas de dégâts permanents physiques ou mentaux sont possibles..

Malgré cela, le caractère radical des solutions acceptées par le prince (comme canaliser la magie des démons) est loin de refléter l'opinion générale. Les elfes de sang de l'Outreterre on désormais découvert l'accord passé entre Kael'thas et Illidan, et la plupart sont désormais convaincus de sa necessité. La majorité des elfes de sang vit en Azeroth et seule une petite partie de ces elfes connait cet accord, et les nombreux autres seraient sans doute horrifiés s'ils venaient à le découvrir. Car drainer le mana de petites vermines est une chose et drainer la magie des démons en est une autre. Cela dit, plus leur soif de mana grandit, moins les elfes de sang, et particulièrement ceux d'Outreterre, semblent regardant sur la source de leurs énergies magiques.

Les elfes de sang et la Horde

Environ 85% des elfes de sang vivent encore sur Azeroth et drainent le mana de toute sorte de sources afin d'étancher cette soif permanente. La plupart des elfes de sang d'Azeroth vivent en Quel'Thalas. Les pérégrins, par exemple, se battent pour reconquérir Quel'Thalas, envahie par les forces du Fléau qui l'occupent encore.

De manière générale, les elfes de sang n'apprécient guère les membres de la Horde. Leur animosité envers les trolls a fait couler beaucoup d'encre depuis la fondation de Quel'Thalas, se transformant même en haine féroce au cours des Guerres trolles. Les pérégrins ont également un passif avec les orcs, qui mirent à feu et à sang les régions frontalières de Quel'Thalas durant la Deuxième guerre. Et bien que les pérégrins n'aient jamais eu de différends particuliers avec les taurens, ils ont tout de même tendance à les considérer comme des brutes animales.

Cependant les elfes de sang ont développé une affinité particulière avec les Réprouvés, car la reine Sylvanas Coursevent faisait autrefois partie des hauts-elfes et détenait le titre de général des forestiers de Lune-d'argent. Bien qu'elle ait été transformée contre son gré en morte-vivante par Arthas, la reine revendique toujours son appartenance aux plus éminents protecteurs de Quel'Thalas. Elle a maintes fois offert son aide sous la forme de vivres ou de troupes.

Jusqu'à présent, sans doute par méfiance, les elfes de sang ont décliné la plupart de ses offres, tout particulièrement quand elles impliquaient de poster des soldats Réprouvés sur le territoire des elfes de sang. Acculés, les elfes sont pourtant bien conscients que les forces du Fléau sont largement plus nombreuses qu'eux et que personne d'autre ne semble être prêt à se battre pour sauver ce qui reste de Quel'Thalas.

L'Alliance a clairement montré qu'elle n'avait pas l'intention de porter secours aux elfes de sang, que ce soit en les aidant à fuir en Outreterre ou en boutant le Fléau hors de Quel'Thalas. Se méfiant déjà des rares hauts-elfes encore en vie sur Azeroth, elle accorde encore moins de crédit aux elfes de sang. Au sein de l'Alliance, les elfes de la nuit sont particulièrement hostiles envers les elfes de sang, car pour eux, les sin'dorei représentent la déchéance et la dépendance à la magie.

Vu la précarité de situation des elfes de sang, il semble de plus en plus probable qu'ils acceptent de s'associer à la Horde, plus par obligation que par conviction.

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .