FANDOM



Située sur un ancien dépôt de cristaux apogides et construite autour des vestiges d'une ancienne colonie d'ogrons, la cité de Goria, ou "Trône du Roi" en ogre, fut fondée par Gorgog Tueur-de-gronns après que ce dernier ait libéré le peuple ogre du joug des Ogrons avec l'aide de l'ordre arakkoa de Skalax, alors mené par le sorcier Yonzi, environ 1000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres. Peu de temps après, ce groupe chercha à s'emparer de la zone par la force pour récupérer les cristaux apogides, mais Gog et ses apprentis arcanistes repoussèrent l'attaque, capturèrent Yonzi et l’exécutèrent. Goria devint par la suite la capitale et le lieu d'apprentissage de la magie arcanique de l'Empire gorien qui régna sur la majeure partie du continent de Draenor pendant près de 600 ans.

Mais environ 400 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, quand les Goriens commencèrent à profaner le Trône des éléments, ils entrèrent rapidement en conflit avec les différents clans orcs qui s'unirent et les repoussèrent jusqu'à Goria. La cité fut par la suite intégralement détruite par une tempête élémentaire déclenchée par les chamans orcs. Le site de l'ancienne capitale sera par la suite occupé par les Draeneï qui y construiront la cité de Shattrath près de 195 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres.

Histoire

Le soulèvement des ogres et la fondation de Goria

Au cours des siècles suivant la chute de la civilisation apogide, l'ordre arakkoa de Skalax chercha à retrouver un maximum de cristaux apogides, des objets stockant des connaissances qui pouvaient être transmises d'un simple contact. Aux alentours de 1000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, le meneur de l'ordre, Yonzi, apprit que l'un des plus gros dépôts de cristaux était situé dans une région côtière au nord de Talador. Mais cette dernière était désormais occupée par une tribu d'ogrons qui accueillirent toute tentative de prise en contact avec les Arakkoa avec une franche hostilité avant de les chasser.

Les Skalaxi se tournèrent alors vers leurs esclaves ogres. Ces derniers méprisaient leurs maîtres et étaient désireux de se révolter, mais ils étaient également très craintifs devant la force des Ogrons. Les arakkoa vinrent à eux et leur proposèrent de leur enseigner les rudiments de la magie arcanique. Étant des descendants directes de Grond, un géant de pierre crée par le titan Aggramar il y a des millénaires, les Ogres possédaient une affinité naturelle avec les arcanes, et se révélèrent être de talentueux sorciers.

Le plus prometteur d'entre eux se nommait Gog et quand il acheva sa formation, il porta son attention non pas sur ses maîtres mais sur les Gronns, des géants de chair et de pierre que les Ogrons et les Ogres vénéraient et craignaient comme des dieux. Il en abattit cinq à lui tout seul et la nouvelle de cet exploit lui valut le surnom de "Tueur-de-gronns", en plus donner confiance aux peuples ogres qui cessèrent dès lors de craindre les Ogrons. S'en suivit un sanglant conflit entre Ogrons et Ogres qui se solda par la victoire des Ogres et la fuite des Ogrons.

Après la guerre, les Skalaxi explorèrent les vestiges de la colonie à la recherche des cristaux apogides, mais Gog ne voyait pas l'intérêt de laisser s'échapper une telle source de pouvoir. Il chassa les Arakkoa des lieux, se proclama Gogog, ou "roi Gog" en ogre, et rebaptisa la cité Goria, ou "Trône du roi" en ogre. Devant le refus de Gog, Yonzi et ses partisans lancèrent une attaque-surprise de nuit sur la jeune cité afin de la reprendre par la force, mais Gog et ses sorciers, soutenus par des esclaves ogres qu'ils avaient libérés, répliquèrent et triomphèrent des Arakkoa avant de capturer et d’exécuter Yonzi, convainquant par la même occasion le peuple arakkoa de cesser ses incursions sur Talador.

Au cours des prochaines générations fut fondée l'Empire gorien qui s'étendit lentement jusqu'à s'étendre sur la majeure partie de Draenor, occupant les régions de Talador, Nagrand, Gorgrond et la crête de Givrefeu, le tout relié par un réseau de commerce avancé sur terre comme sur mer, permettant à Goria de maintenir le contact avec les régions les plus reculées de l'empire ogre. D'autres grandes cités telles que Cognefort, à Nagrand, ou bien le bastion de Flèchelame, dans la crête de Givrefeu, émergèrent et se développèrent, mais Goria demeura le siège du pouvoir impérial en plus de devenir un éminent lieu d'apprentissage pour tous ceux qui souhaitent pratiquer la magie arcanique.[1]


L'union des clans orcs et le siège de Goria

Mais en parallèle, en chassant les Gronns et les Ggrons, les Ogres écartèrent deux des plus grandes menaces de Draenor. En l'absence de ces dangers, les Orcs, une race descendant des Ogres, vivant jusqu'à présent dans des grottes en Gorgrond, s'installèrent un peu partout sur le continent. Les Ogres finirent par cohabiter avec ce peuple et bien que quelques escarmouches éclatèrent, les deux races ne s'engagèrent jamais dans un conflit ouvert.

Bientôt, ce peuple se tourna vers le chamanisme, et bien qu'au départ, les Ogres n'y prêtèrent aucune attention, ils réalisèrent son potentiel quand ils virent un vieux chaman dévier une crue pour sauver un village orc. Près de 400 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, une expédition revendiqua le sanctuaire de ce culte, un temple nommé le Trône des éléments, mais en l'étudiant, les sorciers le détruisirent accidentellement avant qu'une autre expédition gorienne ne prenne le relai. Mais en parallèle, l'explosion du sanctuaire provoqua une série de catastrophes naturelles qui frappèrent tout le continent de Draenor et affectèrent l'ensemble des clans orcs.[2]

Outragé par la destruction du Trône des éléments, le plus vieux chaman du clan Ombrelune, Nelgarm, à l'occasion du festival Kosh'harg, persuada tous les clans orcs de s'unir et de déclarer la guerre aux Goriens pour stopper leurs expériences. Dans un premier temps, les Orcs chassèrent les sorciers établis au Trône des éléments, puis lentement, et malgré la violence dont faisaient preuve les Ogres, ils démantelèrent le réseau de forteresses et d'avant-postes et obligèrent l'armée impériale à se replier vers Goria.[3]

Au début persuadé que la capitale pouvait tenir un siège grâce au réseau maritime de l'empire, Molok finit par réaliser au bout de plusieurs mois que cela était insuffisant pour ravitailler la cité. L'imperator et les sorciers consultèrent alors les cristaux apogides et en s'inspirant de la légende arakkoa de la malédiction de Sethe, ils créèrent la Peste rouge, une maladie létale extrêmement contagieuse qui décima les armées de la coalition orque pendant des mois.

Devant la portion grandissante de malades, Nelgram et les autres chamans implorèrent les éléments de détruire Goria. Mais malgré la violence de cette requête, les éléments acceptèrent et déchaînèrent une véritable tempête élémentaire sur la cité. Les séismes et la foudre ravagèrent les rues de la ville et abattirent chaque bâtiment. Le feu s'empara ensuite des ruines, bloquant les issues de secours et détruisant les navires dans le port. Puis quand il ne resta plus que gravas et cendres, la terre s'ouvrit en deux telle une gueule immense et engloutit les vestiges de la cité ainsi que ses habitants. Cet événement marqua le déclin de l'Empire gorien dont il ne restait plus que Cognefort et le bastion de Flèchelame qui finirent par évoluer en cités-états indépendantes.[4]


La fondation de Shattrath

Près de deux siècles après le conflit, les Draeneï récemment arrivés sur Draenor s'installèrent sur le site de l'ancienne capitale gorienne de par la protection offerte par les montagnes alentours et son accès à la mer. C'est ici que les Draeneï fondèrent vers 195 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres leur plus importante colonie qu'ils baptisèrent Shattrath.[5] Mais l'installation des Draeneï dans la région provoqua l'indignation de la population de Cognefort, enragée de voir des étrangers s'installer sur le site de la grande capitale de l'Empire gorien. Près d'un siècle après la fondation de Shattrath, les habitants de Cognefort, alors menés par l'imperator Hok'lon, entreprirent de conquérir la cité draeneï, mais malgré leur supériorité numérique, ils furent aisément repoussés et leur état-major décimé. Suite à cela, les Ogres retournèrent chez eux et ne lancèrent plus jamais d'attaque frontale contre les Draeneï.[6]


Références

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .