FANDOM


L'empire des elfes de la nuit est une faction qui s'étendait, avant la Guerre des anciens, à la majeure partie de l'Ancienne Kalimdor. Cet empire se fondait sur la magie et la supériorité de la race elfe sur toutes les autres. Les Elfes de la nuit d'aujourd'hui ne sont pas très bavards sur cette époque, on sait seulement que le dernier souverain fut Azshara. L'empire prit fin subitement à l'issu de la Guerre des anciens, quand l'explosion du Puit d'Eternité fit sombrer quasiment toutes les terres qui composaient l'empire dans les profondeurs du monde.

Histoire

La naissance des elfes de la nuit et la fondation de l'empire

15 000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Alors que les autres tribus trolles triomphaient des Aqir et affirmaient leur domination sur Kalimdor, certains d'entre eux connus comme les trolls sombres se montraient plus modestes et vivaient dans les cavernes situées sous le mont Hyjal en plus de favoriser l'harmonie avec la nature.

Poussés par la curiosité, beaucoup d'entre eux migrèrent peu à peu vers le centre de Kalimdor où ils découvrirent le Puits d'éternité en plus de créatures mystiques comme les dryades ou les dragons féeriques. Fascinés par cette découverte, ils s'installèrent sur les rives du lac où ses eaux magiques les métamorphosèrent, donnant naissance aux kaldorei ou "elfes de la nuit" en darnassien, des êtres beaucoup plus grands et intelligents que les trolls qui disposaient d'une plus grande longévité.

Consequences de la guerre entre trolls et aqir

Carte présentant les conséquences de la guerre entre les trolls et les Aqir (À ce moment-là, les elfes de la nuit contrôlaient la région de couleur violette autour du Puits d'éternité)

Alors que les elfes se développaient, les créatures de la forêt, qu'ils croisèrent durant leur migration vers le Puits d'éternité, rapportèrent la présence de cette jeune race aux dieux sauvages. Leurs activités attirèrent leur attention, en particulier celle de Cénarius qui commença à leur prodiguer ses enseignements, pensant qu'ils avaient le potentiel pour devenir d'excellents gardiens de la nature. Ainsi, les elfes de la nuit fondèrent une toute nouvelle nation dont la capitale était Elun'dris ou "œil d'Élune" dans leur langue, une société vivant en harmonie avec les nature qui prospéra ainsi pendant plusieurs siècles.[1]


L'apparition des Biens-Nés et l'apogée de l'empire

Mais au fil des années, de plus en plus d'elfes cherchèrent par tous les moyens à percer les secrets du Puits d'éternité et commencèrent à étudier ses pouvoirs. Peu à peu, ils parvinrent à maitriser à la perfection les énergies du Puits d'éternité et devinrent de talentueux sorciers qui l'exploitèrent pour construire de magnifiques temples. Cette recherche incessante de savoir devint le centre de la culture.

C'est durant cette période que la reine Azshara accéda au pouvoir. Réputée pour sa beauté, sa sagesse et sa maîtrise hors du commun de la magie arcanique, elle s'entoura d'une cour composée des plus talentueux sorciers de la nation qui se firent plus tard appelés les quel'dorei ou "Bien-nés" en darnassien. Bien que l'arrogance de ces nobles agaçait les elfes les moins fortunés, Azshara était adorée de son peuple à tel point que la capitake Elun'dris fut rebaptisée Zin'Azshari ou "gloire d'Azshara" en langage elfique.

Empire des elfes de la nuit

Carte présentant l'empire elfe de la nuit à son apogée sous le règne de la reine Azshara

Sous son règne, la nation elfique accéléra son expansion, la souveraine elfique ne cessant d'ordonner la construction de cités et de monuments toujours plus resplendissants comme le temple de Lathar'Lazal, "siège du ciel" en darnassien (plus connu aujourd'hui comme les Profondeurs de Brassenoire). Elle lança également de nombreuses expéditions qui repoussèrent les frontières de la nation, devenue un empire, jusqu'aux contrés les plus reculées de Kalimdor et ordonna la construction de dizaines de postes avancés et d’entrepôts aux frontières de l'empire tels que Shandaral, dans la forêt enneigée de Lunechant, Then'Ralore, dans les Tarides, ou encore Eldre'thalas, dans la jungle de Féralas.

Seul le mont Hyjal, demeure des dieux sauvages, échappait à son influence, à tel point qu'elle en interdise l'accès, officiellement par respect du lieu sacré sachant son peuple respectueux vis à vis des dieux sauvages, bien qu'en vérité, elle et ses partisans méprisaient la région et ses habitants. Au fil des années, Azshara et les Bien-nés se montrèrent de plus en plus arrogants, délaissant progressivement de la diplomatie et se désintéressant des autres cultures, développant progressivement dans tout l'empire une certaine xénophobie vis à vis des autres peuples vivant en Kalimdor.

La seule civilisation ouvertement hostile envers les elfes de la nuit était celle des trolls et quelques batailles se succédèrent entre les deux races. Mais la puissance dévastatrice des sorciers kaldorei obligea la tribu Zandalari, la plus influente de la race trolle, à accepter un accord de la reine Azshara autorisant les trolls à conserver les monts sacrés de Zandalar en échange de l'arrêt des hostilités. Ce pacte humiliant marqua le début d'une vive rivalité entre les deux races qui perdure encore aujourd'hui.[2]


La Guerre des Anciens

10 000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Mais l'utilisation constante des pouvoirs du Puits d'éternité envoya des torrents de magie dans le Néant distordu, attirant l'attention de Sargeras et de la Légion Ardente. Se sachant trop loin d'Azeroth, le titan noir commença à entrer en contact avec Azshara et ses serviteurs Bien-nés, en particulier le seigneur Xaviux, et il misa sur leur orgueil pour les manipuler, leur promettant des pouvoirs incommensurables si en retour ils invoquaient les agents de la Légion, ce que ces derniers firent en utilisant la puissance du Puits d'éternité pour invoquer des milliers de ses serviteurs démoniaques ainsi que quelques uns que ses plus redoutables lieutenants tels qu'Archimonde le Profanateur, Mannoroth le Destructeur ou encore Hakkar le dresseur de molosses qui affluèrent du palais d'Azshara, massacrant tous les elfes qu'ils croisaient à l'exception des Bien-nés et semant le chaos dans tout l'empire.

Mais bien vite, une armée rebelle connue comme la Résistance Kaldorei menée par le seigneur Kur'talos Corvaltus fut crée et comprenait la prêtresse d'Élune Tyrande Murmevent, l'apprenti druidique de Cénarius Malfurion Hurlorage ainsi que son frère jumeau, Illidan Hurlorage. Malgré leur très grande infériorité numérique et de nombreuses défaites, les forces rebelles remportèrent quelques victoires décisives comme la mort de Xavius, abattu par la magie druidique de Malfurion. Mais malgré leurs efforts, les rangs de la Légion Ardente ne cessaient de grossir en plus d'intégrer de nouveaux démons tels que les satyres, issus de la corruption des Bien-nés vaincus dont le premier d'entre eux n'était ni plus ni moins que Xavius.[3]

Sachant pertinemment que les rebelles seuls n'avaient aucune chance, Malfurion demanda l'aide des dieux sauvages et des cinq Aspects, mais les dragons furent rapidement mis hors de combat. En effet Neltharion le Gardeterre ayant succombé à l'influence des Dieux très anciens, il persuada ses semblables de créer l'Âme des dragons, un artefact contenant une portion de la puissance de chaque Aspect. Lors d'une bataille opposant les rebelles aux démons, Neltharion utilisa l'artefact et décima dans un premier temps les rangs de la Légion avant de la retourner contre ses alliés elfes et draconiques qui furent décimés et contraints de se replier. Mutilé par la puissance de l'Âme des dragons, Neltharion prit le nom d'Aile de mort et se retira du champ de bataille.[4]

La résistance fut démoralisée par cette débâcle en perdant le soutien des dragons, trop affaiblis pour poursuivre la lutte, d'autant plus que Corvaltus lui-même fut assassiné par un agent des Bien-nés, remplacé par son second, Desdel Astrevue, dont l'incompétence lui couta également la vie. Enfin, Illidan Hurlorage rejoignit les rangs de la Légion en échange de grands pouvoirs et déroba l'Âme des dragons au Gardeterre et le confia aux Bien-nés qui commencèrent à exploiter sa puissance pour créer un portail au cœur du Puits d'éternité afin d'invoquer Sargeras en Azeroth.[5]

Mais la guerre connut un tournant quand Jarod Chantelombre fut nommé commandant suprême de la rébellion. En effet, il parvint à convaincre bon nombre d'autres races telles que les Terrestres, les Taurens ou encore les Furbolgs de se joindre à sa cause, d'autant plus que les dieux sauvages acceptèrent finalement de combattre les démons. Il parvint même à trouver des alliés parmi les Bien-nés tels qu'Illidan, Dath'Remar Haut-soleil et ses partisans ou encore les habitants de Suramar, menés par la Grande magistrice Élisande, qui exploitèrent la puissance des Piliers de la Création pour empêcher les démons d'ouvrir un portail au cœur du temple d'Élune de la cité avant de se retirer du conflit, exploitant l’œil d'Aman'Thul afin de créer le Puits de la Nuit et un bouclier protégeant Suramar pendant les 10 000 prochaines années.[6]

Forts de ces nouveaux alliés, la résistance lança une offensive sur la cité de Zin-Azshari. Malgré des pertes effroyables comprenant des milliers de rebelles et plusieurs dieux sauvages, l'attaque se solda par une victoire décisive des rebelles. En effet Malfurion, couvert par ses alliés, puisa dans les pouvoirs de l'Âme des dragons et déchaina toute sa puissance sur les démons et les Bien-nés qui incantaient l'invocation de Sargeras, disloquant le sortilège et précipitant Sargeras et la majeure partie des démons dans le Néant distordu.

Mais en contrepartie, le Puits d'éternité s'effondra sur lui-même, déclenchant une explosion cataclysmique, aujourd'hui connue comme la Grande fracture, qui pulvérisa la majeure partie de Kalimdor tandis que le reste du continent était morcelé en plusieurs continents. Cet évènement marqua non seulement la fin de la Guerre des Anciens et par extension la victoire des rebelles, mais également la fin de l'empire elfe de la nuit dont la majeure partie était désormais engloutie sous les flots.[7]


Références

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .