FANDOM


Le Conseil des sept nations est le nom donné à la réunion des dirigeants des sept royaumes humains qui s'est tenue à la capitale de Lordaeron peu après la fin de la Première Guerre afin de discuter du meilleur moyen de combattre la Horde. Après de nombreux débats, l'événement aboutit finalement à l'unification de tous les royaumes humains sous la bannière de l'Alliance de Lordaeron peu avant le début de la Seconde Guerre.

Histoire

4 ans après l'ouverture de la Porte des Ténèbres, quelques temps après la fin de la Première Guerre, la nouvelle de la destruction du royaume de Hurlevent par la Horde se répandit parmi les autres nations humaines. Le souverain de Lordaeron, le roi Terenas Menethil II, en fut particulièrement ébranlé car il avait jusqu'alors toujours douter de l'existence des Orcs. Quand Anduin Lothar et les réfugiés de Hurlevent arrivèrent à Lordaeron, ce dernier lui raconta quelle était la puissance réelle de la Horde et l'exhorta de rassembler les autres royaumes humains afin de contrer les Orcs. Après un certain temps, les dirigeants humains se réunirent dans la capitale de Lordaeron afin de discuter de la menace que représentait la Horde.

Parmi les participants figuraient, en plus de Lothar et Terenas, le roi Genn Grisetête de Gilnéas, le seigneur amiral Daelin Portvaillant de Kul Tiras, l'archimage Antonidas de Dalaran, le roi Thoras Trollemort de Stromgarde et le roi Aiden Perenolde d'Alterac. Terenas encouragea les différents dirigeants à se rassembler pour former une alliance de nations humaines capable de vaincre la Horde et de reprendre Hurlevent et parvint finalement à éveiller un certain intérêt. Antonidas était au courant des agissements des Orcs par l'intermédiaire des rapports de Khadgar qui avait participé à la Première Guerre. Portvaillant était un ami de Lothar et était prêt à venger Hurlevent. Trollemort entretenait de proches relations avec Lordaeron et était lui aussi prêt à se battre. Grisetête et Perenolde furent cependant plus difficiles à convaincre car doutaient grandement de l'existence de la Horde.[1]

Plus tard, près de 5 ans après l'ouverture de la Porte des Ténèbres, alors que les dirigeants humains enchaînaient les réunions, ils furent mis au courant de la conquête de Khaz Modan par les Orcs par l'intermédiaire de réfugiés nains et gnomes. La nouvelle de la défaite de certains des plus puissants alliés des Humains laissa la plupart des dirigeants sous le choc, mais Grisetête et Perenolde s'entêtaient à résister à la création de l'Alliance par crainte de perdre une partie de leur pouvoir régional. Les discussions qui s'en suivirent devinrent si houleuses que Gilnéas et Alterac menacèrent d'abandonner le Conseil.

Turalyon prêtre (Chroniques 2)

Illustration de Turalyon encourageant le Conseil des sept nations à former l'Alliance de Lordaeron

C'est alors que Turalyon, un des prêtres les plus révérés de Lordaeron, intervint aux côtés de Varian Wrynn, le prince de Hurlevent. Il exhorta les dirigeants d'oublier leurs différences passées et de s'unir, sans quoi leurs royaumes subiraient le même sort que celui de Hurlevent. Leurs cités brûleraient et leurs enfants deviendraient des orphelins comme Varian. Il argua que les royaumes se trouvaient à un tournant et que, s'ils échouaient à s'unir, l'histoire se souviendrait de l'humanité comme un peuple trop fier pour faire front commun. Mais s'ils s'unissaient, ils pouvaient changer l'histoire et se dresser en tant que gardiens d'Azeroth, car aucune autre race dans le monde connu ne possédait les ressources de l'humanité, ses qualités de commandement ou son courage.

Le discours de Turalyon fut accueillit par les applaudissements du Conseil et parvint même à convaincre Grisetête et Perenolde de se rallier aux autres dirigeants, permettant ainsi la création de l'Alliance de Lordaeron. Peu après, les dirigeants se mirent d'accord pour désigner Anduin Lothar commandant suprême de l'armée de l'Alliance. Ce dernier était originaire de Hurlevent et n'avait aucun lien politique avec les nations humaines du nord, ainsi pouvait-il commander les troupes avec justice et jouer le rôle de parti neutre pendant les disputes.[2]

Références

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .