FANDOM



L'ordre d'Anhar était un groupe de prêtres arakkoa qui formait jadis une des deux castes dirigeantes de l'empire apogide avec l'ordre de Skalax. Cette faction continua de régner sur les Hauts arakkoa établis dans les Flèches d'Arak dans les siècles qui succédèrent la chute des Apogides sous le nom d'Adhérents de Rukhmar.

Histoire

L'ascension des Apogides et l'apparition de l'ordre

3000 à 2000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

De nombreuses générations avant l'apparition des Anhari et des Apogides prospéraient sur le plus haut pic de Gorgrond les Arakkoa. Cette race vit le jour quand l'oiseau de feu Rukhmar sacrifia une partie de son essence vitale pour transformer une partie de ses oiseaux préférés, les kaliris, afin de rendre hommage au corbeau Anzu qui s'était sacrifié pour la protéger de la malédiction du serpent des vents Sethe. Suivant les enseignements de leur génitrice, de nombreux arakkoa apprirent les rudiments de maîtrise de la Lumière jusqu'à devenir d'excellents guérisseurs et prophètes tout en développant des croyances autour de Rukhmar qu'ils vénéraient comme la déesse du soleil ainsi que la source de leur magie de la Lumière. Aux alentours de 3000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, au moment où le trépas de Rukhmar semblait imminent, ces prêtres l'accompagnèrent aux côtés des autres arakkoa jusqu'à Arak où l'oiseau de feu finit par mourir. Se donnant le nom d'Apogides, les Arakkoa se jurèrent alors de créer en son honneur une civilisation qui éclipserait toutes les autres cultures de Draenor.

Ils s'établirent sur l'immense de flèche de pierre au centre de la région et exploitèrent les ressources locales pour bâtir d'immenses édifices dorés autour de leur foyer. Par ailleurs, grâce à leur maîtrise de la Lumière, les Apogides fabriquèrent d'immenses lanternes contenant des flammes enchantées qu'ils suspendirent sur toute la surface de la flèche. Avec le temps, les Arakkoa adoptèrent la Lumière et le Vide comme les deux versants naturels de la vie et deux factions virent le jour, chacune spécialisée dans chacune de ces forces, et qui ne tardèrent pas à former les deux castes dirigeantes de la société apogide. L'ordre de Skalax et était composé de sorciers se vouant à l'étude de la magie de l'Ombre et des arcanes tandis que l'ordre d'Anhar comportait des prêtres qui étudiaient l'art de la magie sacrée.[1]


La guerre contre les primordiaux

2000 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Mais l'activité des Apogides finit par attirer l'attention du tréant Gnarlgar, alors à la tête des Botani de Talador, et qui les voyait comme un affront et une menace pour la nature. Il entreprit dès lors d'éradiquer leur civilisation en constituant une puissante armée de primordiaux et en créant une mégaspore qu'il baptisa Taala.[2] Croyant tout d'abord que l'agitation des Primordiaux était due à leur conflit avec les Briseurs, ils finirent par s'en préoccuper en constatant la densification des forêts à la frontière d'Arak et plusieurs membres des Anhari et des Skalaxi partirent enquêter à Talador. La majorité d'entre eux ne revinrent jamais et les survivants leur firent part de milliers de primordiaux se préparant pour la guerre et de la formation d'une gigantesque créature au centre de la forêt. En réponse, les Anhari et les Skalaxi mobilisèrent les Apogides et constituèrent une force d'invasion dont ils formaient le gros des troupes et sous la houlette des dirigeants des deux ordres, les Arakkoa s'abattirent sur Talador depuis les cieux. Les Anhari combattirent les primordiaux aux côtés des Apogides en tailladant leurs adversaires à l'aide de lames de feu enchanté, mais en dépit de leurs pouvoirs, ils furent surpassés par la coordination parfaite des Primordiaux qui repoussèrent les Apogides jusqu'à Arak non sans avoir détruit la moitié de leur armée.[3]

Suite à la débâcle des Arakkoa, Gnarlgar acheva la naissance de Taala et ordonna aux Primordiaux de marcher sur Arak, mais alors que tout semblait perdu, les Anhari proposèrent une solution. Leurs ingénieurs commencèrent à travailler sur la conception du Souffle de Rukhmar, un mécanisme capable de rediriger la puissance du soleil contre les primordiaux, mais ces derniers menaçaient d'atteindre la Flèche d'Arak avant qu'ils n'aient pu achever l'arme. Cependant, grâce au sacrifice d'un groupe de courageux Skalaxi, Gnarlgar fut tué, ce qui sema la confusion parmi Taala et les Primordiaux qui s'immobilisèrent pendant un temps à la frontière d'Arak avant de reprendre leur marche, donnant Anhari le temps nécessaire pour achever l'arme. Quand Taala arriva au pied de la Flèche d'Arak, les Anhari activèrent le Souffle de Rukhmar. Un rayon de feu incandescent jaillit du mécanisme et perfora la poitrine de la mégaspore qui vola en éclats avant que les Anhari ne retournent le mécanisme contre les primordiaux qui furent pour la plupart incinérés avant de battre en retraite vers Talador.[4]


L'apogée des Apogides

2000 à 1200 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Dans les siècles qui suivirent leur victoire sur les Primordiaux et en l'absence de menaces, la civilisation apogide prospéra au point de devenir un empire et les Arakkoa se vouèrent à faire progresser la science et la magie. La connaissance devint la ressource la plus convoitée et les ordres d'Anhar et de Skalax devinrent les gardiens de la sagesse. Ils associèrent par ailleurs leurs pouvoirs pour concevoir les cristaux apogides, des dispositifs de conservation cristallins capables de transmettre le savoir qu'ils contenaient d'un simple contact. Sur le plan religieux, les Anhari ont également bâtit un temple du soleil autour du Souffle de Rukhmar où des centaines d'arakkoa y commémoraient chaque année leur victoire sur les primordiaux en plus d'honorer Rukhmar.

Enfin, au plus fort de leur civilisation, un petit groupe d'Anhari se mit à la recherche des restes de Rukhmar et découvrit ses os calcinés au pied de la Flèche d'Arak. Ils utilisèrent leur magie pour ressusciter Rukhmar, mais ils n'y parvinrent qu'en partie, la nouvelle divinité ne détenant qu'une fraction de l'intelligence et du pouvoir de la déité originelle. Néanmoins, les Apogides la vénérèrent comme leur déesse ressuscitée et les Anhari l'imprégnèrent de leurs pouvoirs de Lumière pour lui conférer une grande longévité afin qu'elle puisse planer dans le ciel pendant des millénaires.


Le déclin des Apogides

1200 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres

Mais au fil des siècles, une rivalité acharnée naquit entre les Anhari et les Skalaxi qui se disputaient le soutien du plus grand nombre de fidèles. Vers 1200 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, le seigneur-prêtre de l'ordre d'Anhar, Velthreek, pleinement conscient que le contrôle de la connaissance était la clé du pouvoir, ordonna à ses adeptes de rassembler autant de cristaux apogides que possible au temple du soleil et pendant plusieurs années, les Anhari s'attelèrent à la tâche dans le plus grand secret. Mais les Skalaxi, alors menés par le seigneur-sorcier Salavass, finirent par découvrir ce que leurs rivaux tramaient et exigèrent le retrait immédiat des cristaux apogides. Mais Velthreek ignora sa requête et proclama les Anhari seuls dirigeants des Apogides ainsi que les seules personnes qui pourraient déterminer qui accéderait à leur savoir. Il affirma par ailleurs que les Anhari étaient les représentants vivants de Rukhmar elle-même et que suivre leurs enseignements était le seul moyen d'obtenir ses faveurs.

En réponse, Salavass rassembla ses adeptes et lança une attaque contre le temple du soleil dans l'optique de reprendre les cristaux apogides par la force. Aux portes du temple, les deux ordres s'engagèrent dans une bataille qui ne tarda pas à s'étendre aux niveaux inférieurs de la flèche. Pendant plusieurs mois, toute la civilisation apogide sombra dans une guerre civile, chaque arakkoa prenant parti pour un des deux camps. Finalement, Velthreek et ses adeptes s'emparèrent du Souffle de Rukhmar qu'ils s'apprêtèrent à utiliser contre les Skalaxi. Mais Salavass rassembla ses plus talentueux sorciers et assailli les gardiens anhari jusqu'à parvenir près du mécanisme. Les intrus skalaxi furent tailladés, mais le seigneur-sorcier eut le temps de lancer un sort qui déstabilisa l'arme. S'en suivit une gigantesque explosion qui tua la plupart des Arakkoa et scinda la Flèche d'Arak en plusieurs tours de pierre en plus de transformer la région en un désert aride, marquant ainsi la chute de la civilisation apogide.[5]


Les Adhérents de Rukhmar

Suite à ces événements, les vestiges de l'ordre d'Anhar prirent la tête des survivants, renommés Hauts arakkoa, qu'ils dirigèrent aux côtés d'une lignée de rois. Mais les années déformèrent les idéaux des Anhari. Le respect qu'ils éprouvaient pour Anzu avait disparu depuis longtemps et le Creux des Sethekk, jadis étudié par les Skalaxi pour étudier les pouvoirs du Vide, était désormais utilisé comme lieu de châtiment. Les arakkoa qui entraient en désaccord avec les prêtres étaient déclarés comme hérétiques avant d'être jetés dans le creux. Sous l'effet de la malédiction de Sethe, la plupart en mourraient et les survivants devenaient des parias, des êtres au corps déformé et incapable de voler.

Environ 600 ans avant l'ouverture de la Porte des Ténèbres, le quotidien des Hauts arakkoa fut mis en péril quand des sabrons unis sous la bannière de la tribu Crin-de-sang commencèrent à les attaquer à l'aide de filets, de cordes et de harpons. Tandis que les Flèches d'Arak se mettaient en siège, les Anhari tentaient tant bien que mal d'expliquer pourquoi Rukhmar semblait leur avoir retiré ses faveurs. La campagne des Crins-de-sang fut cependant mise en échec par la seule intervention du roi-serre Terokk.

La victoire de Terokk sur les Sabrons fit de lui une véritable légende vivante au point d'être considéré comme l'incarnation de Rukhmar. Profitant de sa nouvelle notoriété, le roi-serre fit construire la cité d'Orée-du-Ciel et promulgua des lois limitant l'influence des Anhari. De peur que leur contrôle sur les Hauts arakkoa ne leur échappe, ces derniers profitèrent d'une nuit pour kidnapper Terokk et sa fille Lithic avant de les jeter dans le Creux de Sethekk. Le lendemain, les prêtres déclarèrent aux Hauts arakkoa que Rukhmar avait retiré ses faveurs au roi et maudit toute sa lignée. Se donnant le nom d'Adhérents de Rukhmar, ils se proclamèrent seuls dirigeants des Hauts arakkoa.[6] Ils continuèrent de régner sur les Flèches d'Arak jusqu'à la chute des Hauts arakkoa pendant l'ascension de la Horde.


Références

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .