FANDOM



Pour la zone dans laquelle se trouve Alterac, voir Montagnes d'Alterac.
Pour le champ de bataille situé dans cette région, voir la vallée d'Alterac.

Alterac a été l'une des sept nations humaines à se joindre à l'Alliance de Lordaeron durant la Seconde Guerre. Située dans les Montagnes d'Alterac et gouvernée par le seigneur Aiden Perenolde, Alterac était le plus faible royaume de l'Alliance et un petit fournisseur de soldats et de fournitures.

Histoire

Le Royaume d'Alterac fut formé lorsque l'Empire d'Arathor implosa et fut divisé en sept royaumes séparés. Il s'agissait d'un royaume relativement petit par rapport aux autres. Nommé d'après le nom de sa capitale, Alterac, la plupart des terres du royaume étaient accidentées et en terrain montagneux.

Quand les nouvelles de la Horde des Orcs sont arrivées à Lordaeron, Alterac, dirigée par Aiden Perenolde, a d'abord hésité à rejoindre l'Alliance de Lordaeron. Toutefois, après avoir vu tous les royaumes finalement rejoindre celle-ci, et craignant d'être laissé seul pour lutter contre la Horde, Alterac a finalement décidé de rejoindre l'Alliance. Cependant, le début de la Seconde Guerre était en faveur des orcs, et l'avenir semblait sombre pour l'Alliance. Craignant pour son royaume si l'Alliance devait échouer, le seigneur Perenolde collabora avec la Horde des Orcs, leur fournissant des informations en échange de la promesse que le royaume serait épargné. Perenolde organisa l'embuscade par des trolls d'un convoi de hauts-elfes passant par Moulin-de-Tarren, planifia une révolte paysanne dans la Main de Tyr pour couvrir les opérations minières de la Horde dans la région, et tenta de faire assassiner sire Uther en employant des pirates, pour combattre l'Ordre de la Main d'Argent.[1] Perenolde permit également à la Horde de passer sans encombre par des cols d'Alterac, en direction de Lordaeron.[2]

Après que la trahison de Perenolde ait été découverte, l'armée de Stromgarde, menée par Thoras Trollemort, fit marche jusqu'à ce petit royaume, et imposa rapidement la loi martiale. Le général Hath d'Alterac était resté fidèle à l'Alliance et permit à Thoras et ses forces de passer indemne, afin de tendre des embuscades aux orcs.[3]

Ancien Alterac-0

Dans l'instance "Hautebrande d'antan", le Royaume d'Alterac est encore entier derrière le mur qui le sépare d'Hautebrande.

Une version de l'histoire dans Warcraft II: Tides of Darkness indique qu'Alterac a été complètement détruit par l'Alliance après avoir appris sa trahison.[4] Toutefois, l'information donnée fut contredit plus tard dans les romans sur Warcraft.

Les survivants d'Alterac, en particulier Aiden Perenolde, aidèrent plus tard les forces de Ner'zhul pendant que le chaman s'évertuait à voler des objets magiques pour ouvrir de nouveaux portails.

Après la fin de la guerre, Thoras Trollemort exigea que la partie orientale d'Alterac soit annexée par Stromgarde, en récompenses de ses efforts et des sacrifices consentis pendant le conflit. Le roi Terenas Menethil II de Lordaeron était indécis sur la démarche à adopter, pensant de son côté à donner le trône au fils du seigneur Aiden, Aliden Pérénolde. Le roi Grisetête, dirigeant du royaume de Gilnéas, s'invita alors dans les réflexions, en soutenant les revendications d'un neveu de Perenolde, Isiden Pérénolde, qui s'était réfugié en Gilnéas. Aile de mort, sous sa forme humaine de Daval Prestor, tenta de convaincre les dirigeants de l'Alliance de le nommer nouveau souverain d'Alterac, en recourant à la magie. Bien qu'il ait réussi, et que le roi Terenas avait prévu de donner le contrôle de la zone au Seigneur Prestor, le plan fut mis de côté lorsque Prestor «disparu» (après la défaite d'Aile de mort à Grim Batol). Les restes d'Alterac furent laissés en ruine, état dans lequel ils sont aujourd'hui.

Comme royaume, Alterac cessa d'exister lorsque les forces de Lordaeron et Stromgarde renversèrent le Seigneur Perenolde. Toutefois, le Syndicat, une entité politique et militaire active, apparu pendant les jours d'anarchie qui suivirent la dissolution de la nation. Bien que séparée de son cœur enneigé, Alterac, sous la forme du Syndicat, a continué d'étendre ses frontières dans l'ère moderne, exigeant sa revanche sur son vieil ennemi de Stromgarde.

La zone d'Alterac reste contestée et agitée, avec les ruines de la ville contrôlées par les ogres Cassecrête et les survivants d'Alterac, dont la plupart sont membres du Syndicat, dispersés dans des camps et la ville stratégique de Strahnbrad.

Divers

Questionmark-medium
Cet article ou section évoque des spéculations, observations ou opinions potentiellement véridictes sur l'Histoire de WoW. Cela ne doit pas être pris comme des considérations authentiques !
Alterac, bien qu'étant le royaume humain le plus petit et le plus faible et dont l'influence était rivalisé par Dalaran, semblait toutefois disposer d'une certaine richesse puisque dans World of Warcraft, il est demandé aux joueurs de l'Alliance d'aller récupérer la tiare des Perenolde, chef d'œuvre d'orfèvrerie mais également certains livres datant d'avant l'écroulement du royaume. Alterac aurait possédé une collection de livres suffisamment conséquente pour intéresser d'autres collectionneurs, même plusieurs années après la déchéance du royaume.

Alterac dans Warcraft II

Dirigeant : Seigneur Perenolde
Couleur de la nation : Orange
Contexte : Alterac est un petit pays dont la contribution en troupes et en armes sera mineure. Lord Perenolde est certes reconnaissant aux sires Lothar et Terenas pour leurs efforts, pourtant, il craint que l'Alliance n'échoue face aux terribles Orcs. La seule issue pour lui-même et pour le peuple d'Alterac serait la capitulation. Nul outre que lord Perenolde ne sait ce qu'il adviendra quand le moment viendra pour Alterac de prendre les armes et de se battre. Nul ne peut affirmer que les armées d'Alterac accepteront de s'enrôler sous la bannière de l'Alliance aux côtes des autres nations.[5]



Références

  1. Warcraft II: Tides of Darkness
  2. Warcraft II: Tides of Darkness
  3. Warcraft II: Tides of Darkness
  4. Betrayal and the Destruction of Alterac
  5. Manuel de Warcraft II , p. 44
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA  .